Skip to main content

À l’occasion de l’exposition « Des cheveux et des poils » au Musée des arts décoratifs, on vous raconte une histoire de lutte du poil dans le 9.

En avril 1907, dans un contexte social agité, les garçons limonadiers du Café de la Paix se mettent en grève. Ils réclament un jour de congé hebdomadaire… et le droit de porter la moustache.
À cette époque, face aux clients aisés, la peau de bébé est pour eux – comme pour les domestiques – de rigueur.

"Un homme sans moustache n'est plus un homme"

Davantage qu’un accessoire, la moustache est alors un symbole.

Au XVIIe siècle et jusqu’à la fin du XVIIIe, l’homme de cour se devait d’arborer visage glabre et perruque poudrée. Mais dès lors qu’au XIXe siècle Napoléon III popularise le port des bacchantes, la moustache devient le signe de distinction sociale par excellence. Plus elle est apprêtée et nécessite d’entretien, plus elle est un signe d’appartenance à l’élite. Attribut de virilité, elle devient même en 1832 (puis de façon fluctuante) obligatoire pour les militaires et les gendarmes.

Maupassant fait ainsi écrire à l’une de ses créatures littéraires : « Mon mari s’est rasé la moustache. Je ne le reconnais plus… ni le jour ni la nuit. S’il ne laissait pas repousser immédiatement sa moustache je crois que je lui deviendrais infidèle, tant il me déplaît ainsi. Vraiment, un homme sans moustache n’est plus un homme. […] Il n’y a pas d’amour sans moustache, vive la moustache ! » (le texte dans son intégralité est délicieux).

Au début du XXe siècle, encore, un visage masculin ne peut se concevoir sans moustache. L’exposition « Des cheveux et des poils » présente des accessoires d’époque spécialement imaginés pour en préserver l’intégrité : tasses protège-moustaches, fixateurs, peignes et brosses de poche, fer à friser, fixe et relève-moustaches de nuit…

Façade du Café de la Paix, place de l'Opéra, vers 1910.

Café de la Paix (angle boulevard des Capucines / place de l'Opéra), vers 1910.

Portrait de Napoléon III par Winterhalter, 1857 (détail).

"Le journal amusant", 4 mai 1907.

Accessoires pour moustaches, fin XIXe - début XXe siècle.

En mai 1907, si les garçons de café n’obtiennent pas le jour de congé réclamé, l’interdiction contractuelle de porter la moustache est levée.

Depuis lors...

À partir des années 1930 et surtout après la Seconde guerre mondiale, l’ornement masculin devient un simple accessoire.

Un temps considéré comme désuet, il revient à la mode via la communauté gay de San Francisco dans les années 70.

De nos jours, les concours de la plus belle moustache – et même, en Allemagne, les « Jeux Olympiques de la moustache et de la barbe » – reprennent de la vigueur, dans toutes les catégories : moustache freestyle, anglaise, hongroise, de style impérial, à la Dalí…

Pour en savoir plus sur l’histoire du poil (qui – n’est-ce pas? – tombe pile poil pour reprendre du poil de la bête à la rentrée), découvrez jusqu’au 17 septembre l’expo ludique et instructive “Des cheveux et des poils” au Musée des arts décoratifs !

Françoise Tomasini

Garçon de café arborant la moustache morse.

Champion du monde de barbe et de moustache 2017 - © Greg Anderson.