Passer au contenu principal

Ils représentent 25% de nos poubelles et nous en produisons environ 75 kg par an et par habitant. Nos déchets alimentaires sont aujourd’hui incinérés, or ils sont une ressource qui peut être valorisée si elle est bien triée ! On fait le point dans le 9e.

Depuis le 1er janvier 2024, la loi impose à l’ensemble des collectivités locales de permettre aux habitants de trier leurs déchets de cuisine à la source.
Une nouvelle pratique qui doit assurer la production de biogaz, servant à faire rouler les bus et les camions-bennes de la Ville de Paris, et du compost pour enrichir naturellement la terre des jardins, pieds d’arbres ou encore celle des jardinières.
Ainsi, nous sommes nombreux à nous interroger sur le meilleur moyen de trier épluchures et restes de cuisine. Plusieurs options s’offrent aux Parisiens.

Verser son bio seau dans un bac de collecte de rue (reconnaissable à ses couleurs vert et marron) ou sous forme de module (vert foncé) ajouté à une station TriLib’ (tri du verre et du papier) déjà existante.

Trouver un composteur proche de chez soi, un contenant en bois, localisé en général dans un jardin, un centre de loisirs ou au sein d’une résidence.

Se lancer dans l’élevage de vers avec un lombricomposteur (la mairie organise des distributions gratuites deux fois par an, à l’automne et au printemps, sur inscription), ou investir dans un bokashi de cuisine (lire l’article de Reporterre), la nouvelle tendance pour les urbains en appartement sans balcon, qui nous arrive du Japon.

La situation dans le 9e

Épluchures de légumes mises dans un bio-seau

Nos déchets de cuisine partent à l'incinérateur. Ils sont désormais valorisés grâce à la collecte des bio déchets.

2 Bacs de collecte de bio-déchets rue Cadet

Deux bacs de collecte situés au niveau du 5 rue Cadet

Point TriLib rue Saint-Georges dans le 9e

Une nouvelle borne de tri de bio déchets devrait ouvrir au niveau du 4 rue Saint-Georges.

Point de compostage en bois avec canedas

Des bacs de compost installés au fond de l'impasse de la Cité Fénelon

Sur l’ensemble des bornes de collecte (ou point d’apport volontaire) recensées sur le site internet de la mairie du 9e, seules quatre ont été installées : 11 avenue Trudaine, 5 rue Cadet, angle Trudaine/square d’Anvers (le vendredi jour de marché, de 10h à 20h), et angle Milton/Cité Fénelon. Des bacs gérés par les agents de la ville de Paris qui s’occupent de les vider.

Les six autres dont on connaît déjà les emplacements devraient arriver d’ici l’été  2024 : 47 rue Taitbout, 23 rue Chauchat, 4 rue Saint-Georges, 6 rue Laffitte, 33-37 boulevard de Clichy, 47 bd de Rochechouart. La ville mise sur leur déploiement pour que “chaque parisien puisse déposer ses déchets alimentaires à moins de trois minutes à pied de son domicile“. On en est encore loin.
D’ailleurs, l’Agence de la transition écologique (Ademe) estime que d’ici à la fin de l’année, seul un Français sur trois se verra proposer un tel service.

Outre ces bacs accessibles 7 jour sur 7, on recense quatre composteurs dans l’arrondissement (dans le jardin partagé du centre Valeyre, dans la cour du centre Jacques Bravo, au fond de l’impasse Fénelon et à la mairie du 9e) dont l’utilisation est sujette pour certains (Valeyre, Fénelon) à des horaires précis.

Deux autres composteurs sont annoncés cette d’année : dans le jardin Pauline Viardot, cour de la bibliothèque Louise Walser Gaillard et dans le square Alex Biscarre (accès par la rue Notre-Dame-de-Lorette).

Pour composter tous ensemble

Des permanences sont organisées sur site deux fois par semaine. « Notre objectif, souligne Anna, guide compostrice et animatrice depuis 2016,  c’est de favoriser les rencontres entre voisins autour du compostage et faciliter ainsi ce geste zéro émission carbone. »

Les bacs de compostage sont gérés par l’association L’Accueillette du 9ème à travers son programme Les artisans composteurs, une équipe de bénévoles et maîtres composteurs qui assure l’entretien, à l’aide de tamis, broyeurs, bêches, et l’animation de chaque composterie. Car si les différentes couches de déchets gorgés d’eau ne sont pas régulièrement mélangées et amendées par de la matière sèche (feuilles mortes, cartons…), des nuisances (odeurs, présence de rongeurs) peuvent rapidement se faire jour. D’où, le besoin de référent formé.

Un adulte et deux enfants s'occupent du compost au centre Valeyre

Le bac de compost au jardin partagé du centre Valeyre est géré par les Artisans Composteurs. Permanence les mercredis soirs et samedis midi.

Vue du jardin partagé (massif de fleurs) du centre d'animation Valeyre

Une fois le compost séché, il est directement ajouté aux massifs de plantation du jardin partagé Valeyre.

Une fois à maturation, au bout de plusieurs semaines, le compost est directement réinjecté dans les espaces verts à proximité (le jardin du centre Valeyre, les pieds d’arbres à Fénelon…), soit la mise en place d’un cercle local et vertueux.
Alors conquis ? Faites votre demande à contact@artisanscomposteurs.fr. On vous prêtera un bio seau, vous recevrez une petite formation et après quelques dépôts, on nous l’affirme, le tri des bio déchets n’aura plus de secret pour vous. Vous réduirez d’autant vos poubelles ménagères et la planète vous dira merci.

Des bacs de compostage pour les copropriétés

La Ville de Paris met à disposition de ses habitants, l’expertise de maîtres composteurs et le matériel nécessaire pour des projets de compostage de proximité. Les inscriptions tout comme les commandes de matériel et/ou d’interventions d’un maître composteur se font via un formulaire en ligne. Vous pouvez candidater lors des prochaines campagnes qui auront lieu aux dates suivantes :
– du 1er au 31 janvier 2024
– du 1er au 31 mars 2024
– du 1er au 30 juin 2024
– du 1er au 30 septembre 2024
Pour vous inscrire pour l’installation d’un composteur collectif en pied d’immeuble, c’est par ici !

Frédérique Chapuis